La congestion et la pollution de l’air coûtent trop cher !

Qui passe par Bruxelles aura eu la pénible expérience d’être pris dans d’interminables bouchons. En effet, en 2013, la Brussels Enterprises and Commerce Industry (BECI) estime le temps perdu dans les embouteillages à 32 millions d’heures annuellement dans la région de Bruxelles. Un triste record face à d’autres villes en Europe.

Ainsi, le temps perdu dans les embouteillages représente un coût de 375 millions d’euros par an, coût auquel la BECI a ajouté celui de la pollution de l’air, du changement climatique, de la pollution sonore et des accidents. Le coût total s’élève à 511 millions d’euros, dont 70 millions seraient dus à la pollution de l’air. Mais cette dernière estimation est basse, en réalité, les coûts sont susceptibles d’être beaucoup plus élevés.

Pour remédier à ce problème et réduire les coûts, la BECI propose, entre autres, que les entreprises donnent, au lieu d’une voiture de société, des aides au loyer des Bruxellois, que le RER (réseau express régional) soit mis en place au plus vite, qu’un plan cohérent de parkings de transit autour des gares soit mis en œuvre, ou encore qu’un péage avec un système de taxation au kilomètre soit instauré.

Par ailleurs, une autre étude montre que – outre le fait que 31 personnes meurent chaque année dans des accidents de la route – 632 personnes meurent prématurément à cause de la pollution de l’air à Bruxelles. Ainsi, les auteurs de l’étude Aphekom ont calculé que si les normes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) seraient suivies correctement, il serait possible de postposer 436 de ces décès prématurés. De plus, cela représenterait 758 millions d’euros de coûts épargnés.

Congestion/Congestie, WHO